Interférences (String Network)

Crédit photo : MUTEK 2017 (Trung)

(English below)

Interférences  (String Network) est une performance audiovisuelle qui explore les possibilités d’interprétation d’une œuvre électroacoustique en temps réel par l’interaction gestuelle avec un dispositif  audiovisuel  unique. Sur scène, un jeu de lumière audioréactif se dévoile graduellement  : Alexis  Langevin-Tétrault  (CA) construit un réseau de cordes avec lequel il interagit afin de créer un univers sonore qui se situe à la rencontre de la noise industrielle, de l’electronica et de la musique acousmatique.  Par la mise en scène de la corporalité et de la relation dialectique entre l’humain et la machine, Interférences  (String Network) présente une allégorie du monde moderne globalisé et interconnecté dans lequel l’individu cherche à tirer un sens de son expérience et tente de conserver sa liberté d’action. Compositeur et musicien issu des scènes post-rock, acousmatiques et électroniques, Alexis Langevin-Tétrault propose un univers brutaliste singulier et insuffle une dynamique de musique live à un genre musical rarement incarné par la performance.

Ce projet a été créé grâce au support du Conseil des Arts et Lettres du Québec, du Château Éphémère – Fabrique Sonore et numérique (Fr), de l’Université de Montréal et du Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada.

Crédits :

Alexis Langevin-Tétrault : Concept, fabrication du dispositif, programmation audio et lumières, composition et performance

Lucas Paris : Conception et fabrication des lumières

Nicolas Bernier : Conseils à la direction artistique

Anne Thériault : Conseils à la dramaturgie

 

English :

Interference (String Network) is an audiovisual performance that explores the possibilities of embodiment of an electroacoustic work in real time through gestural interaction with a unique audiovisual device. On stage, an audioreactive play of light unfolds gradually: Alexis Langevin-Tétrault (CA) builds a network of strings with which he interacts to create a sound universe between the industrial noise, electronica and acousmatic music. Through the staging of corporality and the dialectical relationship between the human and the machine, Interférences (String Network) presents an allegory of the globalized and interconnected modern world in which the individual seeks to derive meaning from his experience and attempts to preserve its freedom of action. Composer and musician from the post-rock, acousmatic and electronic scenes, Alexis Langevin-Tétrault proposes a singular brutalist universe and infuses a dynamic of live music to a musical genre rarely incarnated by the performance.

This project was created thanks to the support of the Conseil des Arts et Lettres du Québec, the Château Éphémère – Fabrique sonore et numérique (Fr), the Université de Montréal and the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada.

Credits:

Alexis Langevin-Tétrault : Concept, device manufacturing, programming audio and lights, composition and performance

Lucas Paris : Design and manufacture of lights

Nicolas Bernier : Advice on the artistic direction

Anne Thériault : Advice on dramaturgy

« une décharge sonore suivie d’un flash lumineux nous sort tous de la torpeur. Il s’agit de l’artiste québécois Alexis Langevin-Tétrault qui présente son live Interférences (…) offrant un aperçu global saisissant (…) Convaincu par ce live très expérimental et novateur (…) » Dure vie Paris, Novembre 2016

« À chaque corde qui se tend, un son puissant envahit l’espace et les lumières situées à l’extrémité des câbles s’allument. Une impression de force se dégage du jeu entre l’artiste et sa création. » (Rose Carine Henriquez, quartierlibre.ca, Volume 24 #5, 5 avril 2017)

« La soirée s’est terminée avec Interférences (String Network) d’Alexis Langevin-Tétrault, qui a mis en vibration tout le bloc à l’aide d’un gigantesque instrument à cordes numérique, augmenté de lumières stroboscopiques. Dans une solide démonstration de musique acousmatique en temps réel, Alexis a tendu et relâché des cordes élastiques qui incarnaient des sons de synthèse dans l’espace. » Nathan Giroux, http://lesmeconnus.net/ripa-2017-soiree-eclatee/, Les méconnus 4 avril 2017

« La performance était instinctive, presque sauvage, et faisait rugir l’instrument comme une harpe futuriste noise. » Philippe Desjardin, Le Canal Auditif, 26 août 2017

« Alexis accroche des cordes, d’abord dans le cadre de son objet puis ensuite directement sur la scène : chacune des cordes devient un instrument qu’il caresse, effleure, pince… puis tire avec toute la force que ses dents veulent bien nous montrer. C’est comme un combat que l’homme engage avec sa machine en influençant directement la musique qui devient de plus en plus abrasive et chaotique. Les sons fusent toujours en harmonie avec la lumière, leur rapport devient de plus en plus complexe au fur et à mesure que l’artiste tisse sa toile. On finira par tous l’applaudir comme on applaudirait un boxeur qui vient de remporter un combat! » CHOQ.CA, 25 août 2017

 

Crédits photos : Marie Isabelle Rochon – Photographe et Vidéaste (quartierlibre.ca, 05/04/17, Eastern Bloc)

Crédits photos : Nicolas Bernier, 25/04/17, Salle Claude Champagne.

Crédits photos : Jean Piché, 25/04/17, Salle Claude Champagne.